Merci à ...

Notre histoire

Antoine (à gauche) et son frère Maxime Notre histoire se résume au travers du texte suivant écrit par Daniel MICHEL dans les mois qui ont suivi la création de notre association.

En créant TI'TOINE, nous voulions faire perdurer une action entreprise en 2002 quant Antoine a rechuté de sa leucémie qui l'avait frappé 3 ans auparavant à l'âge de 13 ans.

La rechute paraissait tellement invraisemblable, qu'il n'était pas possible pour les habitants de Criquebeuf sur Seine et Martot de rester immobiles et passifs.
Une première collecte de sang a donc été organisée en mai 2002, à grand renfort de publicité, banderoles, affiches... Plus de 500 donneurs se sont présentés, bien sûr, tous n'ont pas pu être prélevés mais le processus était lancé et rien ne pouvait plus arrêter cet élan de générosité.

Rien, même pas la mort d'Antoine le 10 novembre 2002...

Au contraire, le courage et la volonté qu'il a montré, lui et tous ces enfants que nous avons connu, nous ont dynamisés et il était évident que nous devions continuer. La vie a fait le reste, les liens se sont soudés entre nous tous, des amitiés se sont créées, des mains se sont tendues, la solidarité ne s'est jamais démentie.

Mais laissons la parole à Daniel MICHEL...

Ce qui suit est une histoire vraie, ou plutôt quatre fois véritable, comme le Rotary…



Création de notre premier site web


Nous sommes une poignée de rotariens du Club d’Elbeuf à avoir vécu et continuons à vivre une expérience dont la relation remplacerait avantageusement les sornettes que l’on nous distille sans modération dans les médias assoiffés de malheurs quotidiens qui ne débouchent sur aucun espoir.

C’est justement le contraire que nous avons vécu à ELBEUF avec TITOINE : un vrai malheur que des femmes et des hommes de bonne volonté ont transformé en espoir.

Tout se passe en Normandie, plus précisément à Criquebeuf sur Seine, près d’Elbeuf.

Le 10 novembre 2002 le jeune Antoine, 16 ans, meurt d’une leucémie, communément et pudiquement appelée longue maladie… entre espoirs et rechutes malgré les efforts du Professeur VANNIER et de son équipe dont le professionnalisme, les activités de recherche, ses actions de formation et son humanisme chaleureux sont unanimement reconnus par tous.

Pendant ce temps, long aussi bien que court (mais l’échelle du temps humain a-t-elle encore un sens ?) la famille d’Antoine, sa Maman, son Papa, son frère, ses amis de classe, leurs voisins et bien d’autres ne se renferment pas dans leur chagrin : ils décident, mus par la volonté de vie, que leur fils Antoine ne sera pas mort pour rien.

Ils créent l’association TI’TOINE, petit nom familier d’Antoine, et tout en assumant leurs devoirs de parents et de citoyens, suscitent autour d’eux l’enthousiasme pour que la disparition d’Antoine soit le moteur d’initiatives, pour que d’autres « Antoine » puissent être de mieux en mieux accompagnés et sauvés.

De tous les horizons socioprofessionnels, des plus démunis aux plus aisés, de toutes confessions, se rassemblent des « gens de bonne volonté » : professeurs de collèges, professeurs et chercheurs d’université, instituteurs, agriculteurs, professions libérales, cadres, chefs d’entreprises, les municipalités de Criquebeuf sur Seine et Martot, et bien d’autres encore. Ils décident naturellement et sans orgueil de se mettre au service d’une cause qui les transcende.

Ils organisent des collectes de sang dont le succès est sans égal dans la région. Des « foires à tout » permettent de compléter le financement Nathalie Marquay de matériel de recherche pour le Professeur VANNIER et bien d’autres initiatives : Antoine est bien toujours présent !

C’est aussi le ROTARY CLUB d’ELBEUF qui avait déjà financé des équipements pour le Professeur VANNIER, qui s’associe à cette source de vie : il participe au financement d’un « site internet » pour favoriser l’information sur la leucémie, les dons de sang et surtout de moelle osseuse. Et à nouveau, c’est la mobilisation de tous : il s’agit en effet de faire quelque chose de différent. Le Professeur VANIIER, l’Etablissement Français du Sang, des bénévoles se mettent au travail avec le concours d’une société de services spécialisée dans la création de sites internet ; et pourtant, comme on le dit, ils n’ont pas que cela à faire… La presse locale soutient cette action, les commerçants, les entreprises apportent leur concours de même que les collectivités locales.

Le site est présent sur le net le 30 novembre 2004 : il a déjà reçu depuis des milliers de visiteurs.

Mais ce n’est pas la fin de l’histoire. Comme dans une configuration céleste remarquable, Nathalie MARQUAY PERNAUT, miss France 1987 en fait partie en écrivant un livre sur son expérience d’une vie bouleversée par la même maladie et qui se bat : elle guérit. Une certaine insouciance dans la vie l’a quittée pour se consacrer aux autres : elle devient la MARRAINE de l’Association TI’TOINE et participe à ses manifestations en leur apportant sa notoriété et un sourire rempli d’espérance.

Et puis, coïncidence étonnante, au même moment du lancement du site internet dont l’intérêt est reconnu, notre Ministre de la Santé, Monsieur DOUSTE BLAZY lance une campagne pour susciter les dons de moelle osseuse : cap 100000 donneurs !

La morale de cette histoire


Cette histoire n’est bien entendu pas isolée. Elle est simplement l’illustration que les hommes et les femmes peuvent faire le bien plus que le mal, même dans une adversité « injuste ».

Cette aventure humaine montre que dans la vie, on peut « faire son travail » mais que l’on peut aussi « faire très bien son travail » et on peut encore mieux « faire son travail avec enthousiasme » et surtout communiquer cet enthousiasme. Tandis qu’enthousiasme signifie « mettre Dieu en soi », nul des membres de cette équipe « spontanée » ne l’a évoqué et tant mieux : il s’agit du rassemblement de bonnes volontés désintéressées, sans prosélytisme et tous tendus vers « l’autre ».

C’est ainsi que l’on peut « déplacer des montagnes »…

Pourtant comment ne pas rester ému devant le comportement courageux (le mot est faible) de ces Parents qui en assument ensemble une dignité qui a valeur d’exemple. Dans une telle situation il faut aussi continuer à comprendre et entendre les autres enfants que l’on a le devoir d’accompagner tout autant même s’ils ne sont pas malades…

Il faut admirer cette rage du médecin et de son équipe qui ne peuvent pas guérir et qui doivent gérer cette subtile communication avec le malade et sa famille et cela d’autant plus que la maladie est complexe.

Et puis, et puis, la société économique ne tolère aucune faiblesse : il faut continuer à travailler dans la tourmente : quels Parents !


Finalement, la morale de l’histoire est que nous, Rotariens, avons appris et beaucoup plus reçu que nous n’avons donné : ce financement modeste pour le site… était le résultat d’une cueillette et de la vente de 80000 tulipes sur un champ prêté par… le Papa d’Antoine… et Antoine nous donnait le courage de nous briser un peu le dos, aux vendeurs et vendeuses, la foi pour convaincre les acheteurs, mais nous savions tous que ce n’était que petites fatigues !

En guise de conclusion, on laisser place à un peu de philosophie…

Dans une époque où l’on constate certaines tendances à ne parler que de création, de valeurs financières ou à l’inverse, d’assistanat perpétuel, il serait peut-être bon pour notre société de se recentrer sur des choses simples, c’est à dire comprendre que nous sommes tous des créateurs potentiels de « valeurs » si nous savons regarder et entendre les messages de ceux qui nous montrent le chemin de la vie et non celui de la mort.


TI'TOINE, tu es pour nous chemin de vie : merci !

Copyright © 2010 Association Titoine Normandie
Contact | Plan du site | Mentions légales